« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

Manif du 7 mars 06 contre le CPE 

 

GRÈVE GÉNÉRALE POUR LE RETRAIT DU CPE.

 

Attaque générale contre l’emploi et les salaires.

Depuis une décennie, l’attaque du capital s’est porté sur le niveau des salariés afin de satisfaire le profit maximum au capital financier. Ces dernières années, les salaires ont baissé de 6 % pour les catégories modestes, compte non tenu des hausses des prix de l’essence, du pain et d’autres produits de consommation quotidienne. La France devient un modèle pour tous les monopolistes européens, d’application de l’austérité salariale et de la précarité des contrats de travail.

Le CPE (contrat de première embauche) instaure une période d’essai de deux ans à tous les salariés de moins de 26 ans. Les conséquences sont connues : aggravation et extension de la flexibilité (les emplois seront créés selon les besoins ponctuels du patronat), extension de la précarité qui concerne déjà plus de 1,2 million de jeunes, concurrence accrue entre salariés selon leur type de contrat de travail et tentative d’opposer les diverses catégories entre elles, destruction du Code du travail afin de permettre au capital de surexploiter la main-d’œuvre sans droits réels !

 

Pour l’unité de combat jeunesse/travailleurs.

 

Jeunes et salariés, nous avons le même adversaire de classe : le patronat et son organisation de combat, le MEDEF. Les profits explosent (les actionnaires ont vu leurs dividendes croître de 250% ces dernières années, alors que les travailleurs étaient appelés à se serrer la ceinture « dans un contexte de guerre économique ». La France est un pays de bas salaires : 10 % des salariés gagnent moins que le SMIC (surtout des jeunes), près d’un tiers gagne le SMIC, les autres salaires modestes sont bloqués depuis des années. Le patronat, ivre de revanche anti-sociale, a dicté aux divers gouvernements de droite ou sociaux-démocrates, une politique visant à détruire tous les acquis sociaux gagnés dans de dures luttes de classe par nos aînés : privatisations comme à Gaz de France, licenciements, délocalisations, généralisation des CDD (70 % des emplois « créés ») se succèdent, de telle sorte que l’on vit plus mal au 21ème siècle qu’au siècle précédent !

Face à ces attaques, il faut construire et forger le Front uni de lutte jeunes/salariés pour vaincre le gouvernement VILLEPIN et infliger une défaite au capital en gagnant le retrait du CPE !

 

La grève générale, seule stratégie de convergence des luttes !

 

70 % des universités sont en grève, les lycéens se mettent aussi dans le mouvement. Des AG démocratiques décident des formes de lutte : occupation des facs, manifestations, tracts pour gagner le soutien de la population. Le gouvernement malgré le formidable élan crée refuse d’écouter la voix de la raison, arc-bouté sur la seule satisfaction des exigences patronales.

Les travailleurs ont participé massivement aux journées d’action du 7 février, 7 mars, 18 mars, mais les directions syndicales refusent d’avancer les formes de lutte qui obligeraient le gouvernement à plier.

Le réformisme syndical consiste à refuser de globaliser les revendications et luttes, en traitant chaque « dossier » séparément, en accordant la primauté aux « négociations » sur les luttes qui permettent de forger le rapport de force nécessaire pour que précisément les négociations ne soient pas une mascarade. La direction nationale de la CGT a opté voici 10 ans pour le « syndicalisme rassemblé », véritable remise en cause de la culture du syndicalisme de lutte de classe et de masse qui avait permis la conquête de grands acquis sociaux. Le bilan du « syndicalisme rassemblé » est catastrophique : toutes les réformes réactionnaires prônées par les divers gouvernements sont passées : privatisations, casse des retraites, de la Sécurité Sociale …

Seuls les jeunes ont gagné grâce au soutien aussi de leurs aînés la lutte pour le retrait du CIP de BALLADUR et de la réforme JOSPIN sur la sélection à l’école. Récemment lors de la formidable grève des SNCM, après le succès de la mobilisation du 4 octobre (1,5 million de salariés en grève) les directions réformistes syndicales avaient refusé l’extension du mouvement qui aurait permis la victoire à la SNCM et à la RTM mais aussi aurait contraint le pouvoir à renoncer à proposer le CPE ! Aujourd’hui, les mêmes recettes d’impuissance sont avancées : une dirigeante nationale de la CGT déclare « la grève générale improductive », encore faudrait-il essayer avant de tirer des conclusions capitulardes. Les récentes défaites des travailleurs ne sont pas le produit de l’absence de combativité mais d’une stratégie d’accompagnement des directions réformistes syndicales. Les salariés doivent entrer dans la lutte continue aux côtés des étudiants et lycéens, agir pour que dans leur entreprise, se tiennent des AG démocratiques afin que s’organisent la riposte et l’appel à une grève nationale reconductible pour le retrait du CPE, pour stopper la politique de privatisation, de délocalisation, de précarité de l’emploi.

Le réformisme veut nous conduire à exprimer notre solidarité à l’égard de la jeunesse de « journées d’action en journées d’action » sans même comme la CGT lancer un Appel à la grève nationale, ce qui limite la participation des salariés aux manifestations.

« Continuer-la-CGT » appelle les travailleurs au-delà de leur appartenance syndicale à s’organiser à la base, à promouvoir des Comités de lutte dans chaque entreprise, afin que l’exigence montante de grève générale se traduise par sa réalisation, seul moyen de battre le gouvernement et d’obtenir le retrait du CPE !

 

Anglet le 17 mars 2006

 

 

Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 25 mars 2006