« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

Après l’appel de la Confédération Européenne des Syndicat en faveur de la nouvelle Constitution européenne,

la C.G.T. doit quitter la C.E.S.

 

 

La Confédération Européenne des Syndicats (C.E.S.) regroupe la quasi-totalité des organisations syndicales d’Europe (dont aujourd’hui les centrales françaises C.G.T.-C.F.D.T.-F.O. et CFTC).

 

En novembre 1994, au congrès de la F.S.M. (Fédération Syndicale Mondiale), Alphonse VERONESE, secrétaire confédéral et chef de la délégation tente de justifier la piteuse désaffiliation de la C.G.T. en ces termes :

«  Avec la réintroduction de la référence au syndicalisme de classe dans les statuts de la F.S.M. (cette référence avait été supprimée au congrès de Moscou sous la pression de la pérestroïka gorbatchèvienne), un recul important a été opéré au moment, où, plus que jamais nous avons besoin d’un dialogue ouvert, sans à priori, pour défricher des voies nouvelles créatrices d’un syndicalisme international. » cf. Vie Ouvrière n°2624/63

 

En fait, il s’agissait pour notre organisation syndicale de remplir la condition sine quanum pour que soit examinée sa demande d’adhésion à la C.E.S.

Adhésion acceptée à grands renforts médiatiques et sans véritable consultation de nos syndicats de base à l’occasion du 46ème Congrès en 1999.

Il faut dire que c’est Louis VIANNET, lui-même, qui dans un courrier adressé le 15 mars 1995 avait donné tous apaisements à la centrale européenne sur les intentions de la C.G.T. à son égard : « …nous renouvelons solennellement notre demande d’adhésion à la C.E.S….cela signifie bien entendu pour nous, l’acceptation des formes de fonctionnement de la C.E.S. conformément à ses statuts et le respect des décisions prises, tant en termes d’objectifs que de mise en œuvre… »

N’avons-nous pas là les fondements requis pour intégrer le syndicalisme d’accompagnement au capital ?

 

La C.E.S. au service du capital :

La C.E.S. est un des rouages du capitalisme international, une organisation de collaboration de classe dont le rôle spécifique est d’appuyer la politique d’intégration dans l’Europe capitaliste.

C’est ainsi que la C.E.S. s’est faite championne du credo de « l’Europe sociale » tout en se ralliant aux politiques d’austérité mises en place par le patronat européen.

Elle épouse la fameuse devise de Jacques DELORS « Il faut que le syndicalisme accepte les principes de la flexibilité » et œuvre de concert avec lui pour créer le « partenariat social ». C’est très exactement ce que la C.G.T. reprend à son compte dans les orientations votées aux 45ème et 46ème congrès avec le « syndicalisme de négociation. »

Pendant des années, la C.E.S. « accompagne » les sommets des chefs d’états européens par des manifestations régulées aux slogans trompeurs pour les travailleurs. Car en face des grands conflits dont le plus célèbre est « Renault-Vilvorde », on peut chercher les succès de la C.E.S. contre le patronat. On peut même dire : « Avec la C.E.S., à tous les coups on perd ! »

Alors que l’Euro est institué pour faire payer la crise aux seuls travailleurs par le renforcement de l’austérité, la C.E.S. proclame que « la monnaie unique est positive pour l’Europe. »

 

Il n’est pas possible de reprendre dans un seul tract toutes les contraintes qu’est chargée de faire passer la C.E.S. dans le syndicalisme européen pour jouer le rôle honteux de la collaboration de classe avec le capital.

Il faut pourtant indiquer pour conclure que la Comité de Direction de la C.E.S. réuni le 15 juillet 2004 à Bruxelles a décidé de soutenir la nouvelle Constitution européenne destructrice des acquis sociaux des travailleurs. C’est ainsi qu’à la question « La nouvelle Constitution européenne est elle meilleure que ce que nous avons actuellement ? », la réponse de John MONKS, secrétaire général de la C.E.S. est « OUI ». Et de préciser sans honte « Elle apportera des avantages très réels aux travailleurs et aux citoyens de l’Union Européenne toute entière. » On croit rêver !

John MONKS va plus loin. Il menace les électeurs tentés de vouloir une version améliorée du texte :

« Si la présente Constitution n’était pas approuvée, il faudrait alors sans doute beaucoup de temps avant que l’on puisse réunir toutes les volontés politiques par un nouveau tour de piste. Ce serait une victoire pour les nationalistes et pour les ennemis de l’Europe qui veulent voir l’Europe s’écrouler de tout son long. En refusant d’adopter la Constitution, on détruirait le seul grand instrument dont on dispose pour progresser vers une Europe plus sociale. »

 

Alors, soyons clairs ! La C.G.T. est non seulement adhérente (depuis 1999) mais dirigeante de la C.E.S. avec l’élection en juin 2003 de Joël DECAILLON au secrétariat de cette organisation. Comme la C.E.S. approuve la nouvelle Constitution Européenne et que la C.G.T. est une composante de sa direction, il serait logique que la C.G.T. milite en faveur de la Constitution.

Le Bureau Confédéral de la C.G.T. va-t-il oser nous appeler à voter POUR la nouvelle Constitution européenne capitaliste et libérale lors du prochain référendum ?

 

Il n’y a pas de bonne Europe capitaliste :

La démarche qui prétend « démocratiser », œuvrer en faveur « d’autres choix » en se coulant dans le moule existant, livre les travailleurs à l’exploitation capitaliste.

 

« Pour l’Europe mais contre Maastricht », « l’Europe autrement », « l’Europe sociale », « Citoyen, décideur, acteur en Europe », toutes ces formules ont pour point commun de discuter des modalités d’application tout en acceptant le principe de l’intégration à l’Europe du capital.

Les forces politiques et syndicales qui se situent sur ce terrain couvrent en réalité les plans de la bourgeoisie, elles accréditent le mythe d’une Europe qui se situerait en dehors des intérêts de classe.

Cette situation souligne l’urgence d’un combat soutenu contre les idéologies et les pratiques de collaboration de classe qui gangrènent toutes les organisations ouvrières à commencer par notre propre syndicat.

L’essentiel dans la situation présente est de renforcer la résistance en rejoignant les rangs de notre Association «Les Amis de Continuer la C.G.T. », de refuser les plans d’intégration et d’en entraver leur application chaque fois que cela est possible.

C’est ce à quoi doivent s’employer les militants syndicaux C.G.T. restés fidèles à la lutte de classe et au combat anti- impérialiste.

 

 

NON A LA CONSTITUTION EUROPEENNE !

NON A L’EUROPE !

DESAFILIATION C.G.T. DE LA C.E.S. !

 

Bayonne le 28 août 2004

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 19 septembre 2004