« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] [ Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Dernière minute
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

CRÉATION DE L’ASSOCIATION

« LES AMIS de C.L-CGT »

Pour adhérer

Sommaire :

PRÉSENTATION

Ø Les buts de l’ Association 

Ø Qu’est-ce que « continuer la CGT » ?

Ø Définition et buts de « CL-CGT »

MOTIVATIONS PROFONDES DE LA CRÉATION DE L’ ASSOCIATION

CONTENU DU LANCEMENT DE L’ ASSOCIATION

1 Nous donner les moyens de notre politique

2 Rôle de l’ Association

3 La plate-forme : deux grands volets

a) Volet sur la restitution par les membres de la CGT des valeurs fondatrices de notre organisation syndicale

b) Volet constitutif de la plate-forme revendicative devant servir à la bataille militante au quotidien

4 Moyens d’information – communication -

ASSOCIATION «  LES AMIS de C.L-CGT »

Conditions d’ Adhésion

ð Qui peut adhérer ?

ð Qui est adhérent ?

ð Perte de la qualité d’adhérent

ð Les cotisations

Côtés pratiques pour adhérer

Lettre adressée aux militants, syndiqués, ex-syndiqués et aux sympathisants de C.L-CGT

Nous vous informons que notre Collectif National « Continuer la CGT » constitué à Paris le 24 Juin 1995 a décidé la création d’une Association intitulée :

« Les Amis de Continuer la CGT »

Ø Les buts de l’ Association

« Faire connaître et défendre les concepts et idéaux fondateurs de la Confédération Générale du Travail (CGT) au congrès de Limoges en 1895, contribuer à l’initiation de son développement historique et son rôle dans la société. »

Ø Qu’est-ce que « continuer la CGT » ?

C.L-CGT a été fondée le 24 juin 1995 à Paris (rue Cabanis) au cours d’une Assemblée Générale de militants syndicalistes CGT, assemblée à laquelle avaient été invités des militants enseignants de la FSU.

80 militants étaient présents. Après un rapport introductif suivi d’un large débat, une résolution consacrant la fondation de C.L-CGT était approuvée à l’unanimité. Un Collectif National de 18 membres était mis en place.

Alors que 1995 aurait dû être une année exceptionnelle pour la CGT qui fêtait ses 100 ans et qui allait tenir son 45ème congrès, c’est malheureusement un constat de crise interne, de dévoiement des idées de lutte de classe et au total un constat de désyndicalisation qui traverse l’organisation. Cette situation résulte d’un processus , d’un travail méthodique d’éléments réformistes et collaborationnistes depuis de nombreuses années.

Au 45ème congrès qui s’est tenu en décembre 95, la Direction Confédérale, bafouant les règles les plus élémentaires de consultation des syndicats, oeuvrera d’arrache-pied à faire voter l’abandon des principes statutaires du syndicalisme de lutte de classe constitutif des fondements de la CGT, et le retrait CGT de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM) pour adhérer à la très réformiste et européenne Confédération Européenne des syndicats (CES).

De plus en plus nombreux sont les militants et syndiqués CGT qui s’inquiètent de cette dérive réformiste dangereuse pour la défense des intérêts des travailleurs. A divers niveaux des structures syndicales ils refusent de voir discréditer et dévoyer les valeurs originelles de leur organisation par des dirigeants engagés dans la compromission avec la sociale démocratie et le patronat.

La fragilisation de la CGT est d’autant plus préoccupante qu’émergent dans le même temps des tentatives de récupérations trotskistes à des fins essentiellement politiques et anti-communistes . (A travers l’affaire Jospin le rôle et le vrai visage du trotskisme sont révélés).

Une forte demande s’étant manifestée de la part des militants attachés au syndicalisme de lutte de classe en opposition au syndicalisme dit « rassemblé » des réformistes et opportunistes de tous poils, il est décidé de réagir en s’inscrivant de façon offensive dans la préparation du 45ème congrès, sans préjudice de prolongements à donner si les circonstances l’exigent, avec comme mot d’ordre : « Continuer la CGT pour un syndicalisme de lutte de classe et de masse ».

Grâce à des délégations majoritairement acquises, avant même l’ouverture du congrès, et malgré une forte opposition [près de 35%] les projets d’orientation (réformiste) et modifications statutaires (abandon de la lutte de classe) étaient adoptés.

Le Collectif National C.L-CGT décidait alors de poursuivre le combat interne et externe en tant que courant révolutionnaire de lutte de classe de la CGT.

Sommaire de la page - Haut de page

Ø Définition et buts de « CL-CGT »

De concept unitaire, C.L-CGT rejette les idées de pseudo indépendance syndicale réformiste de droite ou d’extrême gauche et combat ceux qui prônent la dissociation de l’économie et de la politique en les opposant l’une à l’autre.

C.L-CGT se veut animatrice d’une activité de réflexions d’analyses d’informations et de propositions aux militants, apportant une contribution positive et décisive à la vie démocratique, à l’action de masse et de classe ainsi qu’au renforcement de la CGT.

S’affirmant contre toute velléité scissionniste, CL-CGT ne s’en réserve pas moins, en cas de circonstances exceptionnelles, l’éventualité de structuration organique aux fins de regrouper les syndiqués et plus généralement les travailleurs attachés au syndicalisme révolutionnaire de lutte de classe et de masse.

Dans cette optique est ainsi créée l’ Association « Les Amis de CL-CGT » dont le but , outre les aspects fondamentaux sus-évoqués, est d’éviter l’isolement des militants démissionnaires ou exclus de la CGT ou leur passage à d’autres organisations pseudo révolutionnaires.

Sommaire de la page - Haut de page

MOTIVATIONS PROFONDES DE LA CRÉATION DE L’ ASSOCIATION

La création de l’Association « Les Amis de C.L-CGT » a été mûrement réfléchie par le Collectif National. Sa nécessité a été acquise après le 46ème Congrès de la CGT qui a confirmé et accentué l’orientation réformiste votée au 45èmè Congrès de décembre 1995.

Au sujet de ce 46èmeCongrès {février 1999}, il est opportun de rappeler quelques uns des temps forts et évènements sans précédent enregistrés à l’occasion d’un Congrès CGT.

Tout d’abord, comme au 45ème Congrès, une manipulation grossière des dirigeants, aux différents niveaux, pour sélectionner les délégués porteurs de mandats acquis d’avance aux projets de documents avait été constatée ; à tel point que les médias avaient donné le « résultat » du vote du rapport d’orientation, une semaine avant le Congrès !

Ensuite, une affirmation radicale de l’abandon du syndicalisme de lutte de classe exprimée par Bernard Thibault avec sa formule de « remplacement du syndicalisme de protestation par un syndicalisme de négociation ». On en voit les résultats d’aujourd’hui !

Dans le prolongement du syndicalisme de négociation était posé le principe et la volonté de rapprochement structurel avec la CFDT. A cet égard un tripatouillage monstrueux allait avoir lieu dans les votes sur cette proposition : un premier vote à main levée semblait donner un résultat à égalité des pour et des contre . Un deuxième vote par mandat était alors décidé, mais sans qu’aucun résultat ne fût annoncé sinon une information selon laquelle certaines délégations se seraient trompées dans leur vote ; qu’en conséquence il fallait qu’elles revotent. En réalité(selon des indiscrétions) la direction Confédérale était battue. Avec le troisième vote des fédérations concernées, le résultat final donnait 53% pour et 47% contre et abstentions. Il va sans dire que la Direction Confédérale ne pouvait être battue sur une telle question devant tout l’aréopage réformiste présent au Congrès, dont le secrétaire Général de la CES {Confédération Européenne des Syndicats).

En effet, l’un des évènements attendus, bien qu’il fût virtuellement acquis dès le 45ème Congrès, était l’adhésion de la CGT à la CES (après sa désaffiliation de la FSM) après avoir obtenu le feu vert de Nicole Notat, très influente dans cette organisation. Jamais gratin de la Social-démocratie politique et syndicalistes réformistes n’avait été aussi fortement représenté à un Congrès de la CGT.

La Bourgeoisie allait jouir, en l’occurrence, d’un succès tellement éclatant sur le syndicalisme révolutionnaire, que le Baron A. Seillière, patron du MEDEF adressait ses félicitations à Bernard Thibault en lui souhaitant « bonne chance pour un réalisme vis à vis des phénomènes de société ».

Ce Congrès allait d’autre part planter les décors en vue du 47ème Congrès en matière de restructuration de la CGT (risques de mise en cause du fédéralisme) et de mutualisation des cotisations syndicales ( centralisation-redistribution aux structures ) dans la perspective de développement du syndicalisme européen à l’anglo-saxonne.

« Continuer la CGT » a été omniprésente, avant, pendant et après le 46ème Congrès pour en dénoncer les conséquences désastreuses sur les travailleurs et la cohésion du tissu social de notre pays.

Malheureusement les faits sont là pour en attester. Quand la classe ouvrière perd son arme de combat, elle « déguste » et c’est l’engrenage du recul de civilisation qui se met en marche au profit de l’esclavagisme moderne.

Depuis 1995, aucun appel national à la grève n’a été lancé par la Confédération et les manifestations dites unitaires l’ont été sous l’œil vigilant de la CES : pas question de débordement ! Autrement dit les luttes exprimées par la base ont toutes été contenues, éparpillées ou dévoyées, alors que leur unification aurait pu mettre en échec le patronat et le gouvernement.

« Continuer la CGT » a été omniprésente dans toutes les grandes manifestations (retraites, protection sociale, santé, licenciements, chômage- emploi etc.…) avec son matériel d’information , dénonciation, propositions. Or cela ne suffit plus.

Devant le désarroi de nombreux militants de la base, mais aussi en raison de l’hémorragie de syndiqués dont certains se laissent tenter par la (fausse) radicalité de nouvelles organisations comme SUD-CRC, il faut développer d’autres moyens pour combattre les effets pervers du réformisme de droite et d’extrême gauche.

A travers son association, C.L-CGT veut donc se doter d’une structure d’accueil et d’action avec comme objectif premier, le renforcement du syndicalisme CGT de lutte de classe et de masse.

Sommaire de la page - Haut de page

CONTENU DU LANCEMENT DE L’ ASSOCIATION

1 Nous donner les moyens de notre politique

Il nous faut

assurer le fonctionnement général de notre activité ;

poursuivre et intensifier la diffusion de nos idées et propositions ;

passer plus concrètement au stade de l’impulsion d’initiatives ou soutenir activement celles jugées conformes ou 

convergentes avec nos orientations.

mettre en place un groupe de travail organisationnel pour quantifier nos forces opérationnelles ;

préparer les moyens de formation des militants syndicaux.

2 Rôle de l’ Association

L’ Association est l’organe légal de nos moyens et conditions de développement. Le contenu de ses statuts est le reflet de nos objectifs idéologiques. Mais simultanément nous devons travailler à l’élaboration d’une plate-forme constitutive des revendications sur lesquelles nous aurons à mener la bataille interne-externe à la CGT.

3 La plate-forme : deux grands volets

a) Volet sur la restitution par les membres de la CGT des valeurs fondatrices de notre organisation syndicale :

ð restituer à la CGT ses concepts lui conférant son caractère de classe et de masse (d’où modification des statuts confédéraux de décembre 95 – 45ème Congrès) ;

ð désaffilier la CGT de la CES et l’UCR de la FERPA (qui sont des organisations européennes d’accompagnement de la politique néo-libérale de l’UE) ;

ð réaffirmer les buts de la CGT pour un changement de société socialiste ( socialisation des grands moyens de production et d’échange ) ;

ð réaffirmer son caractère de solidarité internationaliste et pacifiste.

b) Volet constitutif de la plate-forme revendicative devant servir à la bataille militante au quotidien :

ð services publics, nationalisations, fiscalité ;

ð protection sociale, retraites, famille, santé, aide sociale, éducation……

ð conditions de travail ;

ð droits et libertés, droits de grève, droits syndicaux, écologie, immigration……

ð problème de la paix.

Sommaire de la page - Haut de page

4 Moyens d’information - communication -

a. Création d’un site Internet : est en fonction depuis plusieurs mois 

b. Mise en place d’une adresse  E-mail 

c. Publication d’un bulletin d’informations et de liaison pour nos militants et syndicats adhérents à l’ Association.

d. Perspectives, à terme, de la publication d’un journal { acquérir la capacité }

e. Réunions d’informations – débats – A réfléchir -.

f. Impression de brochures : concentré d’analyses, compte-rendus, rappels historiques de la CGT, mouvement ouvrier, mouvements sociaux, [un certain nombre sont d’ores et déjà à disposition, comme l’analyse du capitalisme contemporain].

g. Lectures (bibliographie).

Sommaire de la page - Haut de page

ASSOCIATION «  LES AMIS de C.L-CGT »

Conditions d’ Adhésion

ð Qui peut adhérer ?

L’adhésion est ouverte :

aux membres actifs et retraités de la CGT ;

aux anciens membres actifs pour des raisons de désaccord avec l’orientation réformiste de la Confédération.

aux salariés et retraités ( ouvriers, employés, enseignants, fonctionnaires ) non-membres de la CGT mais approuvant 

sans réserve les orientations et objectifs de C.L- CGT.

aux chômeurs et employés précaires approuvant sans réserve les orientations et objectifs de C.L-CGT.

ð Qui est adhérent ?

Les adhésions peuvent être individuelles ou collectives.

Est adhérent, tout membre, ou représentant d’un groupe ou organisation, qui :

- à dûment rempli et signé son bulletin d’adhésion,

- s’acquitte régulièrement de ses cotisations.

ð Perte de la qualité d’adhérent

La qualité de membre de l’ Association se perd en cas de démission, décès ou radiation prononcée par le Conseil d’ Administration pour un non respect des statuts.

Tout retard dans la régularisation des cotisations ayant fait l’objet, mais en vain, d’un avertissement auprès de l’intéressé, équivaut à une démission de ce dernier.

Sommaire de la page - Haut de page

ð Les cotisations

Le taux des cotisations varie, selon les situations individuelles des adhérents. Toutefois un taux de base, minimum constitutif de la légitimité de l’appartenance à l’ Association a été retenu par le Conseil d’ Administration :

  1.  La cotisation de base d’un adhérent membre de la CGT ( actif, retraité, sans emploi) est fixée à 0.20% du revenu mensuel de l’intéressé, soit pour un revenu moyen mensuel de 8000 F = 16 F.

  2.   La cotisation de base d’un adhérent non membre de la CGT ( voir conditions d’adhésion ci-dessus) est fixée à 1% du revenu mensuel de l’intéressé soit pour un revenu moyen mensuel de 8000 F = 80 F.

Cette différence de taux de cotisation s’explique par le fait que l’adhérent membre de la CGT paie déjà une cotisation à son syndicat qui est de l’ordre, en moyenne de 0.80% de son revenu mensuel, alors qu’un adhérent, ancien membre ou non membre de la CGT, n’a pas cette charge de cotisation.

  1. La cotisation dite de soutien :

Membre ou non membre de la CGT, chaque adhérent de l’ Association peut ( et c’est d’ailleurs un appel formulé par le C.A .) fixer de son propre chef un taux de cotisation mensuel supérieur au 0.20% ou au 1%.

Enfin, une cotisation forfaitaire, volontaire, dite de soutien peut-être versée.

  1. Cotisations des adhésions collectives :

S’agissant des adhésions collectives, par exemple, l’adhésion d’un syndicat à l’ Association, deux cas peuvent se présenter :

Ä La direction syndicale décide de l’adhésion collective de tous ses membres à l’Association. Dans ce cas, il y a application d’un taux moyen de cotisation de 0.20% sur la masse des rémunérations des adhérents.

Exemple : un syndicat de 50 adhérents pour une masse de salaires de 400.000F [8000 F x 50] procure 4000 F de cotisations à 1%, soit 800 F à 0.20%.

Ä La direction syndicale décide de l’adhésion d’un syndicat à l’Association, mais avec seulement des adhésions individuelles de certains de ses membres. Dans ce cas, le syndicat propose une cotisation forfaitaire de soutien d’un montant proportionnel à l’importance du syndicat, et chaque membre désireux d’adhérer à l’Association verse sa cotisation individuelle sur la base du taux de 0.20% de son salaire. Bien évidemment les membres du syndicat qui adhèrent à l’Association peuvent regrouper leurs versements avec celui du syndicat.

Pour ceux qui voudraient nous rejoindre

et adhérer à l’Association  "Les Amis de Continuer la CGT "

Côtés pratiques pour adhérer

laisser-nous un message, avec votre e-mail et vos coordonnées postales pour que nous vous adressions un bulletin d’adhésion.

Sommaire de la page - Haut de page

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 19 juillet 2003