« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

AG DU 15 OCTOBRE 2005

 

Rapport d’ouverture de André FAROPPA

 

            Invariablement le rassemblement des militants révolutionnaires, a pour principe la mise en échec de la politique antisociale organisée par le patronat, et l’abolition du capitalisme en particulier !

            Aujourd’hui cette politique fait des ravages au sein des familles ouvrières et des couches populaires au sens large du terme !

            Nous pouvons nous rendre compte à quel point le capitalisme est puissant, dès lors qu’il agit sans rencontrer d’opposition de classe !

            Un démantèlement méthodique de tout le système social est organisé avec l’aval de l’ensemble des organisations syndicales affiliées à la CES.

            La sécurité sociale est menacée de disparition , le financement des retraites est cassé, le code du travail est remodelé aux seules exigences patronales, les emplois ne sont attribués que sous garantie de flexibilité, de mobilité , de disponibilité à l’égard des tenants du capital !

            La mise en place d’une servitude totale est à l’ordre du jour, par le biais du Contrat Nouvelle Embauche, permettant au patronat dans son ensemble du disposer d’une main d’œuvre à bon marché, sans cesse renouvelée, versant des salaires défiant toute concurrence, exonérés de charges sociales !

            Cette caricature rapide de la société imposée par les capitalistes, montre peu les retombées catastrophiques qu’elle entraîne, mais les travailleurs réaliseront vite que le mal est bien réel, il leur faut désormais prendre conscience que le capitalisme est un cancer dont les travailleurs souffrent !

            Le mouvement révolutionnaire a besoin d’un véritable parti d’avant garde digne de ce nom, d’un syndicalisme dont l’esprit est animé par la lutte des classes, oeuvrant à l’émancipation des travailleurs par la socialisation des grands moyens de production et d’échange !

            Depuis plus d’une décennie, nous constatons un phénomène inverse, dû au fait que ce parti décimé par le révisionnisme et la trahison, est toujours en attente de reconstruction !

            Également dû au fait que, frappé d’indépendance à l’égard de ce parti mutant, le syndicalisme se voit subir la même transformation aidé en cela par les tenants corrompus du pouvoir syndical de collaboration.

            Traversé par des bouleversements répétés, faits de conquêtes ou de défaites, au grès du temps qui passe, gagné par le courant révolutionnaire ou trahi par le réformisme, le paysage social est défiguré par la collaboration des classes actuelle !

            Porte drapeau du mouvement de classe et de masse « notre CGT » est détournée de ses concepts, par une bande organisée qui trompe les travailleurs, les entraînant irrémédiablement, vers un système d’exploitation esclavagiste !

            Le patronat et la bourgeoisie en général ne s’y trompe pas, le temps est bien venu pour eux de faire payer à la classe ouvrière toutes les luttes menées contre leurs intérêts de classe !

            La remise en cause est totale, dans l’histoire du mouvement ouvrier un tel degré de répression avec cet esprit revanchard a déjà été atteint et les luttes menées par les travailleurs ont démontré maintes fois qu’il était possible de changer non seulement de politique, mais de société !

            Le moment est propice à la surexploitation de l’homme et la question que se posent tous les militants qui combattent le capitalisme, c’est celle que nous nous posons aujourd’hui, ensemble et qui rappelle que l’histoire se répète, QUE FAIRE ?

            Notre association est à un tournant de son existence !

            Ou bien elle continue à n’être qu’un instrument de dénonciation et d’information vouée à une mort certaine, si elle ne dépasse pas le cadre de ses activités actuelles, ou bien elle devient un

            Véritable instrument de combat, avec pour idéologie dominante le marxisme et l’abolition du capitalisme !

            Cette organisation syndicale est celle qui manque pour placer les intérêts et les revendications des travailleurs au premier plan, une organisation syndicale prônant la lutte des classes et l’affiliation à la F S M.

            Nous connaissons tous les valeurs défendues par la CES, dans un processus d’accompagnement et de renoncement à la lutte contre le pouvoir politique capitaliste de droite et de gauche !

            Le réformisme a des origines lointaines, il accompagne ceux qui préfèrent la fuite sans se battre, pourvu qu’ils y trouvent quelques intérêts personnels, l’opportunisme et l’individualisme doivent être combattus, car ils sont les racines de ce fléau que représente le capitalisme et son exploitation !

            C’est pourquoi, notre collectif national a décidé de vous faire part des transformations envisagées sur le plan structurel et organisationnel par notre association !

            Nos réflexions et notre engagement ont pour finalité de recréer une organisation syndicale de luttes de classe, rassemblant tous ceux et celles qui auront décidé de se battre, peu importe qu’ils appartiennent déjà à une organisation syndicale, notre volonté est de conscientiser, de rassembler, et de lutter dans l’optique d’un  changement radical de société, ce qui nous confère un esprit fidèle à celui qui régnait au sein de la CGT du congrès de Limoges !

            Cette organisation si nous la voyons indépendante, ce n’est pas au sens où l’entend B. THIBAULT, mais plutôt indépendante de toutes concessions faites par la C E S, et souveraine dans ses décisions et son application !

            L’article premier des statuts de la CGT abandonné par le 45ème congrès, doit redevenir le fil conducteur d’une organisation syndicale de lutte de classe et de masse !

            Notre travail est en grande partie avancé par la mise à disponibilité de l’appel au front uni et sa plate forme revendicative, élaborée à l’époque où notre camarade Roger NADAUD était le dirigeant de notre association !

            C’est un outil de travail indispensable et incontournable dont nous aurons besoin pour parvenir au renforcement de cette organisation !

            Son affiliation a la F S M est indéniablement liée à son engagement internationaliste, solidaire des travailleurs à l’échelle planétaire, luttant contre le colonialisme, les guerres et les menées impérialistes, partout dans le monde !

            Notre attachement a l’esprit révolutionnaire n’a d’égal que notre attachement à la CGT et ses concepts originels !

            La main mise sur l’organisation CGT par les réformistes a contraint nombre de camarades à quitter ces structures et à s’organiser indépendamment pour pouvoir œuvrer à l’application d’un syndicalisme de lutte de classe !

            Aujourd’hui le combat des dirigeants de la CGT vise plus particulièrement les opposants à la collaboration de classe !

            C’est pourquoi, nous sommes soucieux de permette aux exclus de la CGT, de trouver une organisation syndicale qui les accueillera dans le but de retrouver le chemin du combat de classe pour l’abolition du capitalisme !

            Notre combat peut générer un retour au sein de la CGT pour peu que les travailleurs prennent conscience de cette nécessité, car si tel était le cas, nous n’aurions alors nul besoin de deux organisations identiques idéologiquement !

            Une réunification signifierait que nous avions raison de porter haut les couleurs du syndicalisme révolutionnaire !

            C’est par notre présence constante sur le terrain de la lutte de classe, ainsi que notre détermination à faire évoluer les consciences en faveur de la mobilisation générale, que nous deviendrons cette centrale syndicale dont les travailleurs ont un besoin urgent !

            Pour l’instant, la place est au débat concernant la création ou pas d’une organisation syndicale de lutte de classe et de masse !

            Un vote suivra ce débat et déterminera la volonté des participants à la majorité !

            Je vous remercie chers camarades et je vous laisse la parole !

La réunion sera présidée par notre camarade Claude EVEN

Nous donnons la parole au trésorier pour un compte rendu rapide de l’état des cotisations sachant qu’il est important pour chaque camarade d’être à jour de ses cotisations dans le cadre des votes que nous serons appelé à effectuer

                                                                       André FAROPPA

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 27 novembre 2005